Conférences passées

PDFImprimerEnvoyer

Que sont devenus les francophone du Canada depuis le traité de Paris de 1763 ?

Conférence au SHD le jeudi 21 septembre 2017 à 18h00 par le recteur Jean-Michel LACROIX, professeur émérite de civilisation nord-américaine à la Sorbonne.

*********************

 

L’empire colonial français en Amérique du Nord prend fin au terme de la guerre de Sept Ans avec le traité de Paris de 1763.

Malgré la volonté des Anglais de les assimiler, les Canadiens français « résistent » grâce à une forte natalité. Pendant le régime britannique de 1763 à 1867 diverses formules constitutionnelles sont mises en place sans régler de façon satisfaisante la cohabitation souvent difficile entre les « deux peuples fondateurs ».

La Confédération de 1867 voit la naissance du dominion et la survie des francophones perdure grâce à l’apport des nouveaux immigrants mais le Québec d’aujourd’hui est toujours à la recherche d’un statut distinct. La volonté du gouvernement fédéral de ne considérer que les droits individuels et non collectifs ne permet pas la reconnaissance dans la Constitution de ce statut particulier.

Le nationalisme ethnique canadien-français cède progressivement la place à un nationalisme civique québécois dont le pari est de permettre l’ouverture à la diversité culturelle.

 

 

 

PDFImprimerEnvoyer

Les bateaux du patrimoine en Nouvelle Aquitaine

Conférence au SHD le 28 juin à 18h00 par Philippe TIJOU, Chargé de mission pour le patrimoine maritime et fluvial de la Direction régionale des Affaires culturelles de Nouvelle Aquitaine.

************

Au cours de cette conférence, le conférencier expliquera en quoi consiste sa mission.

Cette expérimentation, initiée en Poitou-Charentes et reprise par la nouvelle grande région, est unique en France.

A ce jour, sur 140 bateaux protégés au titre des monuments historiques en France, 58 se trouvent en Nouvelle-Aquitaine, appartenant à des propriétaires privés et associatifs, ainsi qu'au musée maritime de La Rochelle.

 


   

PDFImprimerEnvoyer

La guerre navale au large des côtes charentaises

Conférence de Gérard Blier au SHD, le jeudi 20 avril à 18h.

 

 

* * *

 

Si aucune grande bataille navale de l’importance de celle de Trafalgar n’a été livrée près des côtes charentaises, celles-ci, en raison des aléas de l’histoire, n’en ont pas moins été souvent sous la menace de navires ennemis.

Au Moyen-Age, surtout lors de la guerre de Cent ans, Anglais et Français, pour se disputer le grand port de La Rochelle, s’affrontent dans le pertuis d’Antioche, comme lors de la grande bataille navale de 1372. Au XVIIe siècle la création de l’important arsenal et du port de guerre de Rochefort fait encore monter la tension, dans la mesure où les Anglais veulent anéantir ou au moins atténuer cette menace nouvelle. En raison d’un dense réseau de fortifications l’embouchure de la Charente leur reste inaccessible, malgré des raids britanniques dévastateurs comme l’attaque de l’île d’Aix en 1757, pendant la guerre de Sept ans, ou «  l’affaire des brûlots » en 1809. Au XXe siècle, la base sous-marine de la Rochelle, édifiée par les Allemands, va jouer un rôle notable dans la bataille de l’Atlantique.

 

   

PDFImprimerEnvoyer

L'expérience corsaire : les relations entre course et gens de mer du pays basque autour de la guerre de succession d'Autriche 1725-1764

Conférence par Lucas Bosseboeuf, le mercredi 9 mars 2017 à 18h00 (après l'A.G.) au Service Historique de la Défense, 4 rue du Port à Rochefort.

Lucas Bosseboeuf est étudiant en deuxième année de Master Civilisation, Histoire, Patrimoine et Sources, à l’Université de Poitiers, sous la direction de Thierry Sauzeau

 

* * *

A l’annonce de l’ouverture de la guerre de Succession d’Autriche au front maritime (1774), nombre d’armateurs basques reconvertissent leurs bateaux de pêche et de commerce pour s’aventurer à la course. Dès lors, plusieurs marins issus d’horizons différents tentent leur chance à bord de ces navires dans l’objectif de rechercher un emploi, la gloire et bien évidemment un butin. Toutefois, à partir du moment où ces individus s’aventurent dans ces croisières, tous sont inévitablement sujets à des mutations d’ordres professionnelles, économiques, physiques, voire psychologiques. Si l’on se focalise sur ces évolutions professionnelles, nombre d’historiens s’accordent pour affirmer que la course est une activité inhérente à l’accélération et à l’ascension des carrières des gens de mer pendant la guerre. En revanche, qu’en est-il une fois les traités de paix signés ? Nous tenterons d’y répondre à travers l’étude des parcours professionnels des 105 marins composant les trois équipages de la Bellonne, la Victoire et de l’Entreprenante, entre 1725 et 1764.

 

   

PDFImprimerEnvoyer

L'administration de la marine et les officiers de plume en Aunis et Saintonge au XVIIIe siècle

Conférence par Jean-François Asselin

le mardi 20 décembre au Service Historique de la Défense à 18h00.

 

Au cours de cette conférence, Jean-François Asselin développera son sujet en nous parlant de l'organisation de l'intendance de Rochefort, des différents grades des officiers de plume de la Marine, de leur carrière et de la place de ces administrateurs de la Marine dans la société de leur temps.

   

PDFImprimerEnvoyer

Guillaume Allène, oncle de Champlain, corsaire pour le compte de la reine de Navarre

Conférence par Joël Selo, vice-président des Amis du Musée maritime de La Rochelle, membre du Yacht Club, peintre-illustrateur, écrivain.

Cette conférence aura lieu le jeudi 20 octobre à 18h00, au Service Historique de la Défense, 4 rue du Port à Rochefort.

oooOooo

Au cours de cette conférence, Joël Selo vous présentera un personnage méconnu de notre histoire et pourtant majeur dans le passé maritime de La Rochelle ; il s’agit de Guillaume Allène dit le capitaine provençal, oncle de Samuel Champlain, capitaine de marine, pilote, avitailleur, corsaire, propriétaire foncier à La Rochelle et aux alentours, détenteur d’un important vignoble proche de La Rochelle, attaché au service de Jeanne d’Albret, du prince de  Condé, et du baron de Piles.

Il vécut à La Rochelle de 1562 à 1580 menant rondement ses affaires. 146 actes notariés à ce jour ont été trouvés que Joël Selo étudie rigoureusement depuis deux ans.

 

Fort de ses trouvailles, chercheur assidu, il est convaincu de l'influence de Guillaume Alène dans la construction sociale culturelle et politique de son neveu Samuel Champlain.

Guillaume Alène, dans son testament, déclare qu'il a beaucoup d'amour et d'affection pour Samuel Champlain et ce d'autant plus que Guillaume Allène, en épousant en seconde noces la soeur de la mère de Champlain, est devenu l'oncle par alliance de ce dernier.

Guillaume Alène, selon Joël Solo et de par ses attaches familiales avec la famille Champlain, devrait avoir une place de premier plan dans l'histoire de La Rochelle.

 

Au cousr de cette conférence, Joël Selo vous fera part de ses découvertes.

 


   

PDFImprimerEnvoyer

Colonisations françaises au Textas de 1685 à 1860

Conférences de Jacqueline MEYRIEUX, professeur émérite de l'université de Porto-Rico

le jeudi 28 juillet 2016, à 18 heures, au Service Historique de la Défense, 4 rue du Port, à Rochefort

   

PDFImprimerEnvoyer

La navigation au XVIIIè siècle à la lumière du JOURNAL DE BORD de L'HERMIONE

Conférence de Philippe Bouthet du Rivault, secrétaire du CRDHM.

le mardi 17 mai à l'auditorium du C.I.M. Corderie Royale à 18h00.

A l'issue de la conférence, Philippe Bouthet du Rivault dédicacera sa publication sur ce sujet, préfacée par Yann Cariou, commandant de L'Hermione.

* * *

Partie de Rochefort le 2 septembre 1782 pour escorter un convoi de renfort de troupes destiné à la garnison de Trinquemalay (port de la côte nord-est de l'île de Ceylan, actuel Sri Lanka), L'Hermione est revenue à Rochefort dix-sept mois plus tard.

Philippe Bouthet du Rivault vous fera revivre les cinq mois du voyage de retour de Ceylan à Rochefort (15/09/1783 -12/02/1784) mais en plus, à l'aide de journées caractéristiques, il expliquera l'art et les difficultés de la navigation ainsi que les problèmes auxquels étaient confrontés les marins de cette deuxième moitié du XVIIIè siècle.

 

   

PDFImprimerEnvoyer

L'Hermione et les missions des frégates françaises pendant la guerre d'indépendance

Conférence par Patrick Villiers, professeur émérite de l'université du Littoral-Côte d'Opale,

le jeudi 14 avril à 18h au SHD, 4 rue du Port à Rochefort.

* *

On réduit trop souvent les missions de l’Hermione au voyage de La Fayette de Rochefort à Boston. Pour être emblématique, cette traversée  ne doit pas faire oublier les missions fondamentales des frégates : l’escorte des convois côtiers ou océaniques, l’éclairage des escadres, le transport des personnalités ou du courrier diplomatique, la lutte anti-corsaires etc.

Dans cette conférence, Patrick Villiers vous fera faire le tour des missions des frégates pendant la guerre d’Indépendance de 1778 à 1783 , de la Manche à l’océan Indien. »

   

PDFImprimerEnvoyer

Pierre Garcie et son grand routier de la mer

Conférence par M. de Maisonneuve, archéologue sous-marin,

le mercredi 10 février 2016 à 18h00 au SHD, 4 rue du Port à Rochefort

 

Plus encore que la faiblesse des navires, les grandes difficultés au XVIe siècle résident dans les lacunes de l'art de naviguer. En ce domaine, l'empirisme est de règle. Faire le point avec précision relève de l'exploit. C'est la limite de visibilité d'une voile sur l'horizon par temps clair qui détermine le "veues", l'unité de mesure de la distance en mer. Le souci de ne pas perdre de vue la terre guide ceux qui "se mettent en mer". Cette navigation "à vue" ou "à l'estime" se perpétuera jusqu'aux grandes expéditions en haute mer.

Pierre Garcie, dit Ferrande, vendéen d’origine portugaise, est considéré comme le premier hydrographe français. Dans ce routier rédigé en 1483, et publié tout au long du XVIe siècle (40 éditions recensées), il rassemble les éléments utiles aux navigateurs du Ponant (description des écueils et des routes, indication des distances et des ressources offertes dans les ports, etc.). L’ouvrage est complété de vues de côtes gravées sur bois qui, pour la première fois, trouvent place dans un livre imprimé.

   

PDFImprimerEnvoyer

Texas Before The Alamo

Le lundi 2 novembre, à 18 h, aura lieu une manifestation exceptionnelle à l’auditorium du Palais des congrès : Bill Millet, producteur de télévision, vient d’Austin (Texas) avec une équipe de San Antonio projeter son film « Texas Before The Alamo » dont les séquences seront entrecoupées d’intermèdes parlés ou joués. Il réalisera aussi les dernières prises de vue à Rochefort et La Rochelle où fut préparée la dernière expédition de Cavelier de La Salle (1684) : ce « Père de la Louisiane » tenta, sans succès, de fonder une colonie française à l’embouchure du Mississippi. Mais son oeuvre sera poursuivie et aboutira en 1718 à la fondation de La Nouvelle-Orléans, tandis que les Espagnols, craignant de voir les Français coloniser cette région, créeront des postes et des missions franciscaines.

 

La Belle, navire-amiral  de La Salle, fut construit dans l’arsenal de Rochefort (1684) et fit naufrage dans la baie de Matagorda où son épave a été retrouvée et mise en valeur par nos amis Texans. Ce sont donc des épisodes de l’histoire française et espagnole du Texas qui seront évoqués au cours de cette soirée organisée par le Comité Rochefortais de Documentation Historique de la Marine. L’entrée est libre.

   
joomla template