Réformer les officiers de marine :reconnaitre le mérite ou l’ancienneté ?

Conférence de Mme Céline Mélisson le mardi 16 juin à 18h au SHD

Au début du XVIIIe siècle, un « vent » de réformes souffle sur le département de la Marine et plusieurs officiers supérieurs, dont Ruis d’Embito, s’insurge des dysfonctionnements du service. Le ministre du département, Antoine Rouillé, vient de succéder au comte de Maurepas et les tensions augmentent dans l’Atlantique français entre Anglais et Français. L’arsenal de Rochefort, dans lequel est nommé Ruis d’Embito, est à l’avant-poste de ces combats et c’est lui qui envoie les hommes comme les munitions, depuis près d’un siècle. Ruis d’Embito propose de revoir certaines règles dans le corps de la Plume, dans un mémoire fait à Rochefort en 1750. Ce contrôleur pose un regard novateur sur la gestion du personnel administratif et sur les critères d’avancement des officiers. Sa fonction lui impose en effet d’évaluer les écrivains de marine instruits dans l’arsenal. Il en tire un bilan et des propositions. Celles-ci permettent de comprendre les raisons pour lesquels Ruis d’Embito est nommé commissaire général de Rochefort dès le 15 octobre 1751.